21
Nov

CULTURELLE ETIENNE KLEIN


"CULTURELLES"
 
LUNDI 21 NOVEMBRE 2016 - 20H30
 
L'école des mines d'Alès reçoit  en partenariat avec la librairie SAURAMPS
 
 
 
 
ETIENNE KLEIN
Physicien,
docteur en philosophie des sciences
 
pour une conférence sur son dernier ouvrage  
 
"Le Pays qu'habitait Albert Einstein"
 

Réservation par mail : elisabeth.sansot@mines-ales.fr
 
 
 “Même achevée, toute vie se prolonge hors d’elle-même, dans le ciel qu’elle devient pour d’autres vies.” Ainsi s’ouvre le livre d’Étienne Klein, par une phrase où l’affection le dispute à l’admiration. Albert Einstein, lumière rémanente, insistante… Mais comment faire, après tant d’autres, pour approcher ce génie du XXe siècle et sa manière d’être au monde ? Se plonger dans ses archives ? Surtout pas. Ce serait s’y noyer. Étienne Klein a choisi de mettre en mouvement une histoire qui se fige, « de rouler dans le présent de l’espace, à vélo ou en train, dans l’espoir que les lieux où Einstein a vécu conserveraient un halo différé mais perceptible de sa présence.” Il a centré son ouvrage sur l’Europe, sur les villes où le destin d’Einstein a basculé : Aarau où, à seize ans, Einstein se demande ce qu’il se passerait si l’on chevauchait un rayon de lumière ; Zurich, où il obtient son diplôme d’ingénieur en 1901 et se découvre une passion pour la physique expérimentale ; Berne où, en 1905, employé à vérifier la pertinence scientifique des brevets à l’Office fédéral de la propriété intellectuelle, il publie cinq articles miraculeux dont celui sur la relativité restreinte qui révolutionnera les relations de l’espace et du temps ; Prague où, en 1912, il a l’idée que l’espace-temps peut être courbe, ébauchant ainsi une nouvelle théorie de la gravitation, la relativité générale, qu’il achèvera à Berlin en 1915. Puis Spa, Anvers, et enfin Coq-sur-Mer où, en 1933, il se réfugie quelques mois, sur l’incitation de son amie la reine de Belgique. Hitler vient d’accéder au pouvoir. Einstein, qui a choisi de renoncer à la nationalité allemande dès l’âge de dix-sept ans, conscient du péril nazi, n’a plus d’autre possibilité que de quitter définitivement l’Europe pour les États-Unis. Et l’on découvre qu’Albert Einstein, cet exilé, ce déraciné “professionnel”, avait pour seul port d’attache la science et l’esprit d’enfance.

Retransmission prévue en salle de restaurant.

Plus d'info